Exposition d’art contemporain : Les arts concrets en Uzège. Une politique des formes, des rythmes et des couleurs du 9 juillet au 31 juillet 2018

Cette exposition 2018 repose sur la présence de 5 artistes vivant et travaillant aujourd’hui sur le terrritoire de l’Uzège et 2 artistes invités. Toutefois, l’un d’eux nous a quittés il y a quelques années, ce qui sera l’occasion de lui rendre un respectueux hommage. La thématique de cette exposition -car il y en a une-... Voir l'article


Cette exposition 2018 repose sur la présence de 5 artistes vivant et travaillant aujourd’hui sur le terrritoire de l’Uzège et 2 artistes invités. Toutefois, l’un d’eux nous a quittés il y a quelques années, ce qui sera l’occasion de lui rendre un respectueux hommage.

La thématique de cette exposition -car il y en a une- est issue de l’appartenance esthétique de ces 5 artistes qui vivent et travaillent sur notre territoire : Tony Gonnet, Eric Koch, Arnulf Letto, Wilfried Volk, Ruth Welfrin-Steiner. Nous avons invité à leurs côtés 2 autres artistes : Bernard Didelle, qui vit en Lozère, et Milija Belic, qui travaille à Paris.

Ces 7 artistes couvrent une tendance esthétique que l’on nomme l’Art Construit, plus connue internationalement sous le nom d’ART CONCRET, parce que leurs œuvres ont rompu avec la représentation du visible. Ce sont des œuvres non figuratives, des peintures et sculptures abstraites qui donnent à voir ce que le visiteur voit -nous devrions dire « sait voir »- car leur réalité réside dans la présence de formes et de couleurs qui sont le contenu même de l’œuvre, une réalité qui est une construction de rapports, de relations, subtils, rigoureux, ordonnés entre formes, couleurs et espace.

Ce sont parfois des œuvres qui relèvent d’un processus méthodique proposant au visiteur une expérience sollicitant son acuité et toute son attention. Chaque œuvre constitue une expérience essentiellement phénoménologique relevant de la perception visuelle et des qualités réceptives du spectateur aux langages plastiques des formes, des couleurs et des structures. Ici, tout est affaire de répétition du carré, de la dynamique d’une ligne, des agencements de gris, de blanc et du noir, des indices de saturation des couleurs et de leur interaction entre elles, et des incidences de la lumière naturelle.

En bref, les moyens plastiques les plus subtils sont livrés concrètement au regard dans un but soit de tromper le spectateur, soit de le mettre à l’épreuve.

Vernissage le 10 juillet à 18h30.

C'est juste sympa de partager...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *